.image_avec_legende { position: relative; }

Faire la mise en page d’un livre, c’est mettre en valeur ses contenus à travers une structure compréhensible, harmonieuse tout en étant attirante. Pour cela divers outils sont utilisés, tels que la typographie, la photographie, les illustrations ; ces outils sont bien évidements associés à des techniques de design graphique comme l’alignement, le choix des couleurs, l’équilibre des éléments. Au final, il y aura le logiciel de mise en page dont le plus utilisé est Adobe InDesign.

Que ce soit pour un projet de magazine, de livre, catalogue, rapport annuel voire des brochures, l’infographiste a besoin de flexibilité pour faire correctement les ajustements et changements et anticiper en amont toutes les éventuelles demandes du client. La flexibilité est aussi importante en vue de l’exportation de l’ouvrage vers différents supports numériques (epub, ebook, pdf interactif, xml…)

Vous aurez compris qu’un processus fiable et stable garantit la réussite d’une bonne mise en page. C’est pourquoi nous essayons de respecter le même cheminement dans notre processus de mise en page :

  • Création maquette
  • Importation
  • Nettoyage
  • Mise en page du corps
  • Mise en page des liminaires et pages de fin
  • Création table de matières
  • Contrôle qualité

1- Création maquette

La création de la maquette ou spécimen est la base d’une mise en page. Si la maquette est suffisamment représentative des cas récurrents dans la mise en page, le travail de l’infographiste sera facilité, et la réussite du projet est en bonne voie. Les éléments récurrents concernent les styles de paragraphes et caractères, la pagination, les titres courants, les pieds de page, les notes, les images, éléments graphiques… Cette liste n’est pas exhaustive et dépendra de votre présentation. Il est important de positionner ces éléments récurrents dans des gabarits afin d’avoir le plus d’uniformité possible.

2- Importation et nettoyage

La complexité et le temps passé à cette étape dépendront de la façon dont le document Word a été construit. Si le document Word comporte des styles de caractères et de paragraphes bien établis et représentatifs des niveaux de titres et des éléments, il pourrait être envisageable de faire une correspondance des styles avec les styles de la maquette InDesign créés dans l’étape précédente. Dans la réalité, ce cas est très rare, car les personnes ayant fait la mise en page sous Word font souvent les enrichissements manuellement. La plupart du temps, nous exportons uniquement le texte avec les enrichissements et utilisons des scripts et fonctions automatiques pour styler les éléments répétitifs. 

3- Nettoyage

Lorsque le texte est importé dans InDesign, il comporte encore des éléments parasites qu’il faut supprimer. Il s’agira essentiellement des paragraphes, tabulations, espaces et caractères non essentiels qui sont spécifiques à Word. L’utilisation des requêtes GREP facilite le travail de nettoyage et de pré-stylage. En effet, les requêtes GREP permettent de faire une recherche remplacement sur des mots, familles de caractères, chiffres, ponctuations à partir de leurs positions dans le texte. En plus de l’économie de temps, ces requêtes améliorent la qualité de l’ensemble de documents en éliminant les erreurs d’inattention résultant d’une manipulation manuelle répétitive. 

4- Mise en page du corps

Il s’agit du début de la mise en page. Nous commençons par les pages du texte courant, car les premières et dernières pages du document seront déclinées à partir du corps du document. Tous les textes seront stylés, et de nouveaux styles seront créés si elles n’étaient pas disponibles dans la maquette initiale. La mise en page se fait page à page, chaque page traitée sera bien vérifiée avant de passer à la page suivante. Des styles d’objets et des styles de tableaux seront aussi créés pour les images, encadrés, tableaux…

Chaque élément sera ancré au texte afin que son emplacement soit maintenu lorsque le texte est modifié. Les pages de titre seront placées à droite et des pages blanches seront insérées si nécessaire. Le texte de chaque page sera lié et se répartira en conséquence lors des mouvements dans la mise en page. Les notes de bas de page seront dynamiques et seront gérées automatiquement par Adobe InDesign. 

5- Mise en page des liminaires et fins

Après avoir fait le corps du texte, nous pouvons terminer par les premières et dernières pages. Elles seront déclinées en fonction de la présentation du corps. Ces pages seront beaucoup plus stylisées pour les différencier du texte principal. Néanmoins, nous garderons toujours la notion d’uniformité de la présentation de l’ensemble. À noter que chaque élément (titres, faux-titres, copyright, index, conclusion, signature…) aura toujours un style de paragraphe ou caractère spécifique.

6- Création des tables de matières

Lorsque toute la mise en page est faite, qu’il n’y a plus aucune modification à faire, nous allons générer la mise en page. La table de matière sera dynamique et non manuelle. Cela permettra de la mettre à jour lorsqu’il y a des modifications après vérification et relecture. Chaque entrée aura son style de paragraphe spécifique. Adobe InDesign permet de générer une table de matière dynamique et facile à mettre à jour.

7- Contrôle qualité

L’étape de contrôle est très importante pour garantir un service de qualité. Cette étape consiste à faire une relecture approfondie afin de déceler les différences par rapport au document d’origine et y déceler toutes les exceptions. Chez Layoutforall, nous avons une équipe spécialisée en relecture. Nous utilisons des manuels et check-lists que nous avons enrichis au fil de nos 10 ans d’expérience. Un regard externe permet d’aborder la vérification avec un nouveau regard et évitera les allers-retours inutiles.

Conclusion

La méthode de travail que nous appliquons est valable pour tous types d’ouvrages livres, magazines, catalogues, rapport annuel, brochure. Nous avons testé plusieurs approches avant de nous fixer sur ce processus, néanmoins, il existe d’autres méthodes qui fonctionnent plus ou moins efficacement. Un processus stable et efficace permet de produire une mise en page de qualité, cela va donner un document bien structuré et diminuer le nombre de corrections du client par la suite. L’objectif de notre méthode n’est pas simplement de gagner du temps, mais surtout d’éviter les erreurs dues aux manipulations manuelles et répétitives. En dernier lieu, n’oubliez pas qu’un processus ne vaut rien sans la bonne personne, et nous sommes entièrement satisfaits de notre équipe.